Palestine / Israël : une journée à Jérusalem, la ville sainte…

Jérusalem

Lors de notre périple au Moyen-Orient, après avoir organisé un inoubliable tour de la Jordanie et une incursion mémorable au Liban chez des amis, on avait fort envie de s’offrir une escapade au cœur de la ville sainte de Jérusalem.

Nous partons donc d’Amman en taxi avec notre chauffeur et ami Laith jusqu’à la frontière terrestre d’Allenby Bridge, à une cinquantaine de kilomètres de là. Le passage frontière entre la Jordanie et Israël est assez délicat à cet endroit et nous finirons par être autorisé à poursuivre notre route jusqu’à Jérusalem après 6 heures d’attente interminable… Mes tampons souvenirs et visas du Liban et d’Algérie auront sûrement eu un impact à ce titre, mais je relativise et me réjouis de pouvoir explorer Jérusalem que mon grand-père polonais a eu l’occasion de découvrir lors de la deuxième guerre mondiale alors qu’il était en mission. Je revois encore les photos en noir et blanc de mon grand-père Wladislaw…

Il fait chaud, très chaud et nous sommes impressionnés par les imposants remparts de la ville. On dirait une énorme forteresse. La vieille ville est entourée de plus de 4 km de remparts de près de 12 mètres de haut pour 2,5 d’épaisseur en moyenne. On emprunte la célèbre Porte de Jaffa et là, la magie opère !

Jerusalemm-3

La vielle ville est divisée en quatre quartiers : le quartier musulman, le quartier chrétien, le quartier juif et le quartier arménien. Notre visite écourtée du fait de l’attente au poste frontière ne nous donnera qu’un bref mais intense aperçu de Jérusalem ! Le brassage ethnique y est important et on retrouve des pèlerins et touristes du monde entier dans une ambiance toute particulière entre tensions territoriales et spiritualité.

Quartier musulman

On rejoint le quartier musulman en passant par la rue de la Chaîne et ses nombreux commerces aux multiples couleurs et senteurs. Une pause citronnade et falafel est la bienvenue avant de s’émerveiller devant la célèbre Esplanade des Mosquée.
Et là, c’est juste grandiose, de toute beauté, le temps s’arrête… L’Esplanade est démesurée, presque 1/6 de la vieille ville. A l’ombre des oliviers, les pèlerins déambulent de la mosquée Al-Aqsa au Dôme du Rocher, bleu et or. C’est le troisième lieu saint des musulmans après La Mecque et Médine, il fut transformé en Temple par les Croisés, et il est vénéré par les juifs, car il abriterait le Saint des saint, l’arche de la Loi.

Le Dôme du Rocher abrite le Rocher de la Fondation, endroit où, d’après la tradition musulmane, Mahomet serait arrivé de La Mecque lors d’un voyage nocturne, et d’où il serait monté au Paradis en chevauchant sa monture.
La tradition biblique y situe également le Mont Moriah, nom donné au Massif montagneux sur lequel Abraham monta avec son fils afin de l’offrir à Dieu en sacrifice.

Quartier juif

Deuxième claque avec le quartier juif. on prend un peu de hauteur et on surplombe le Mur des Lamentations. Haut lieu de la piété juive, le mur occidental est le dernier vestige du rempart qui protégeait le Temple de Salomon. Les croyants vont y prier et déposer une requête écrite sur un petit papier qu’ils enfouissent entre deux pierres. Devant le Kotel, les fidèles se divisent, les femmes à droite, les hommes à gauche.

Encore une fois, la spiritualité est omniprésente. On croisera de nombreux juifs français dont certains de Strasbourg ! On décide de prendre de retourner sur les hauteurs pour admirer le panorama et le spectacle est magique, le Mur des Lamentations en premier plan avec le Dôme du Rocher en toile de fonds !

Quartier chrétien

Dernier monument incontournable que nous souhaitons découvrir, l’Eglise du Saint-Sépulcre ! J’imagine alors mon grand-père, si loin de sa Pologne natale, qui a eu la chance d’y prier il y a plus de 70 ans de cela !

Quasi invisible au cœur de la Vieille Ville, comme imbriqué dans les maisons qui l’entourent, le lieu du martyre et de la résurrection du Christ impressionne davantage de l’Intérieur. On y accède par une vaste cour. Érigée par Constantin en 326, détruite à de multiples reprises, reconstruite par les Croisés et restaurée au 19ème siècle, la basilique draine les pèlerins du monde entier. Il s’agit d’un sanctuaire englobant selon la tradition le lieu de la crucifixion (le Golgotha), ainsi que la grotte où le corps du Christ fut déposé après sa mort (le Saint-Sépulcre ou Tombeau de Jésus). C’est là aussi qu’aurait eu lieu la Résurrection.

Enjeu symbolique fort, l’église accueille les cultes de plusieurs confessions chrétiennes. Elle est également un des sièges du patriarcat orthodoxe et arménien de Jérusalem.

Au terme de la Via Dolorosa, les pèlerins gravissent le Golgotha, se prosternent sur la pierre de l’Onction, et pénètrent ensuite dans le tombeau du Christ. L’ambiance est très impressionnante et les effluves d’encens y jouent un rôle particulier. C’est incroyable…

Après toutes ces découvertes, on fuit la foule et se réfugie sur la terrasse de l’hôtel Hashimi tenu par des Palestiniens. On s’offre ainsi le spectacle grandiose de la plus belle vue sur les toits de la Vieille Ville sainte, dominée par le coupole dorée tout en lumière du Dôme du Rocher…

Cette escapade a été de courte durée mais certainement la plus chargée en spiritualité que j’ai eu l’occasion de vivre. On se serait cru l’espace d’un instant au Centre du Monde

Peace Jéru – Salem…

Jerusalemm-82

Mexique, sur les traces des Aztèques et des Mayas…

Mexique

Pays hispanophone le plus peuplé du monde avec ses 125 millions d’habitants, le Mexique n’est plus le pays pauvre qu’il pouvait être il y a encore quelques dizaines d’années. Pays d’Amérique du Nord, contrairement à ce que beaucoup d’Européens imaginent (et moi le premier avant de me plonger vraiment dans la connaissance de ce beau pays), le Mexique profondément latin mais très américanisé constitue un vrai trait d’union entre les Etats-Unis, le Canada et le reste de l’Amérique latine.

Pays riche de multiples civilisations mésoaméricaines plus ou moins célèbres : Olmèques, Mayas, Zapotèques, Mixtèques, Toltèques, Tarasques, Aztèques… dont tout le monde a en tête les fabuleux temples en pierre grises bâtis en pleine jungle, et qui constituent le pendant américain des temples khmers au Cambodge dans l’inconscient de tous. Merci aussi au dessin animé de ma jeunesse : les fameuses « Cités d’Or » qui nous ont fait rêvé lorsque nous étions petits et qui, je dois l’avouer, ont laissé quelque chose en nous ! « Esteban, Zia, on arrive ! »

Le Mexique c’est aussi évidemment l’héritage des Conquistador, qui n’ont pas fait dans la dentelles (comme souvent lors des périodes de colonisation…) mais dont on reconnait l’architecture dans les quartiers coloniaux qui présente un charme désuet.

La gastronomie mexicaine est variée, fine et savoureuse, résultant du métissage culinaire mésoaméricain, espagnol et africain. Pas de régime ici ! Il faut goûter aux Tacos, Quesadillas, Ceviches, Echiladas, Tortillas, Jalapenos, Haricots rouges,… et bien d’autres encore. Par contre, les Fajitas que nous mangeons en Europe, et bien c’est texan et non mexicain, mais bon le Texas a longtemps fait partie du Mexique donc rien de bien grave…

CaptureMexique

Pour ce périple mexicain je rejoins un de mes amis, un frère, Mirao, parti tenter sa chance sur le Nouveau Continent. En place depuis quelques mois, on décide de faire le Tour du Pays express en 10 jours. Je m’imprégnerais de l’ambiance à Mexico DC, puis en route pour la Huasteca sauvage et verdoyante au Nord-Ouest. Nous traverserons ensuite quelques anciennes villes coloniales dont Léon et Guanajuato, avant de poursuivre vers la côte Pacifique et le secteur de Puerto Vallarta. Nous finirons en beauté en direction de Cancun, Playa del Carmen et la Riviera Maya.

Mexico City

Mexico City aussi appelé CDMX est une ville tentaculaire, aire urbaine de plus de 22 millions d’habitants, une des plus importantes du monde. Difficile d’imaginer que cette cité a été bâtie sur le lac Texcoco. En effet, l’ancienne capitale aztèque Mexico-Tenochtitlan a été érigée à cet endroit en 1325. Elle a ensuite été détruite puis reconstruite par les Espagnols après la conquête de 1519-1521. Une petite virée dans les jardins de Xochimilco permettent de découvrir un héritage de ce temps révolu.

Première prise de contact avec Mexico City en montant au sommet de la Torre Latinoamericana, un building  des année 60 qui offre une vue imprenable du haut de ses 183 mètres et 44 étages !

Petit tour sous une chaleur intense vers le centre et la Place de la Constitution, le Zocalo, immense place minérale, point central de la ville avec son Palais National et sa Cathédrale Métropolitaine très imposante de style baroque qui fut construite avec les pierres du temple aztèque bâti à quelques mètres de là. Les édifices religieux sont très fréquentés, la semaine sainte de Pâques approche !
On ira également visiter le Château de Chapultepec édifié au 18ème siècle sur une colline dominant un immense parc, proche de l’actuel quartier des Affaires, sur lequel il offre un point de vue idéal. Le château, ancienne résidence d’été de la famille royale, domine un espace vert de près de 700 ha en plein cœur de la ville, véritable poumon vert pour les citadins. Il est aussi le seul château royal d’Amérique. A quelques encablures de là se situe le Musée national d’Anthropologie, qui abrite l’une des plus vaste et diversifiée collection archéologique au Monde. Il regroupe coiffes, bijoux, tombes, maquettes, sculptures, objets sacrés et reproductions de temples, plongeant le visiteur à la découverte du territoire mexicain avant l’arrivée des colons européens.

Teotihuacan

C’est parti pour découvrir l’un des sites précolombiens les plus importants du Mexique, à une cinquantaine de kilomètres de CDMX. Construite en 200 avant JC, la cité aztèque de Teotihuacan atteint son apogée à la fin du 1er millénaire totalisant près de 200 000 habitants à l’époque !

Le site couvre une vaste superficie sur plus de 25km2. La ville est pensée autour d’une allée centrale : l’Allée des Morts qui traverse Teotihuacan du Nord au Sud sur 4 kilomètres et offre des perspectives extraordinaires depuis la Pyramides de la Lune et la Pyramide du Soleil. L’impression de grandeur de cette civilisation est bien palpable ici ! Waow. Je ressens un peu le même type de sentiment que lorsque j’ai découvert Angkor Wat au Cambodge et les autres temples de cette autre civilisation disparue. Une véritable splendeur ! Quelle ingéniosité, ça laisse bouche bée…

Huasteca

Mon frérot Mirao souhaitait partir à la découverte d’une région peu connue des touristes internationaux mais très courue par les Mexicains au Nord-Est de CDMX : il s’agit de la Huasteca. Région encore assez sauvage aux reliefs découpés présentant une jungle luxuriantes et de nombreux sites naturels de toute beauté. Il n’en fallait pas plus pour me motiver. On allait jouer les Indiana Jones !

Première expédition, en route pour la « Cuerva del Salitre », une grotte à 500 mètres à peine de notre hébergement ! Pas du tout prévu dans notre programme mais si près que l’occasion ne pouvait être manquée ! Et nous ne serons pas déçus. Arrivé tôt, nous sommes les premiers à pénétrer dans cette vaste grotte remplie de perruches vertes qui tournoient et sifflent sûrement pour protéger leurs nids. Une impression de nature sauvage, on se croirait presque un moment dans Jurassic Park avec un tel décor !

L’après-midi, un ami nous as conseillé de partir visiter le « Sotano de las Golondrinas« , littéralement « Gouffre des Hirondelles« , une curiosité géologique et l’un des plus grands gouffres au monde s’ouvrant à la surface du sol. Le gouffre est situé sur les hauteurs d’une petite montagne que nous rejoignons à l’arrière d’un pick-up suivi de quelques foulée dans une jungle dense. Puis, soudain on y arrive. Le gouffre est monumental et tellement large qu’il est difficile à prendre en photo. Il mesure 50 mètres de large pour 330 mètres de profondeur. Juste vertigineux ! En regardant vers le bas, on ne voit pas le fond mais juste un trou noir béant d’où remontent des groupes de perruches vertes qui tournoient.  On se sent tout petit et on vérifie bien nos cordages…

(Les photos la photo aérienne et de l’intérieur ne sont pas de moi)

Le climat dans cette région reculée est beaucoup plus humide et la végétation est luxuriante. On essuiera quelques beaux orages, notamment la nuit où il a plu des litres et des litres sans discontinuer pendant plus de 4 heures. On se dit que le jardin que nous irons visiter le lendemain sera bien arrosé !
En effet, l’autre grand spot à découvrir dans le coin est le surprenant Jardin surréaliste « Las Pozas » de Xilitla. Il est l’oeuvre du poète britannique Edward James qui est tombé littéralement sous le charme de ce petit coin de paradis tropical avec sa végétation exotique et chatoyante, ses cascades et petits lacs naturels aux eaux émeraudes. Il y a vu la représentation même du jardin d’Eden et a construit une trentaine de sculptures  et structures qui dialoguent avec le décor et donnent l’impression d’une cité antique perdue. Une très belle découverte que ce jardin fantastique !

Guanajuato

Après cette expédition de quelques jours dans la jungle, on reprend la route en bus en direction des villes coloniales au Nord de Mexico. On passera rapidement par Léon, la ville de mon ami et on ira flâner dans les rues de la belle ville colorée de Guanajuato, blottie à flanc de coteaux. L’ambiance y est détendue et la foule est présente en ce week-end de Pâques. La ville est somptueuse et le panorama qu’offre le belvédère sur les hauteurs de la ville est à couper le souffle !

Puerto Vallarta et la Riviera Nayarit

On poursuit notre route en direction de la Côte Pacifique, j’aurais bien aimé aller à Acapulco car ce nom chantait dans mes oreilles, mais en étudiant de près c’est le Marbella local sans grand intérêt avec ses HLM en front de mer et surtout avec ses règlements de compte entre narcos qui défient la chronique. On exclut donc cette visite sans regret et on poursuit plutôt en direction de Puerto Vallarta, dynamique cité côtière bien plus accueillante. Pour profiter pleinement de l’ambiance quasi californienne, on séjourne sur la Riviera Nayarit au Nord entre Lo de Marco et Sayulita, prisée des surfeurs. le repos fait du bien après ces premiers jours mouvementés !

L’autre excursion que j’attendais avec impatience c’est celle de la « Playa del Amor« , une plage cachée des Iles Marietas que j’avais vu sur le net et qui me faisait rêver.
Nous y voilà ! On prend contact avec quelques pêcheurs et une heure après, on embarque pour découvrir la mystérieuse île. L’accès y est très réglementé depuis que Cousteau a fait le forcing à juste titre auprès des autorités mexicaines pour protéger l’île et ses populations d’oiseaux remarquables. Après avoir barboté sur une première plage, j’ai le privilège de rejoindre un petit groupe à la nage pour rejoindre la plage secrète. C’est encore une fois grandiose. Décidément, à chaque étape de ce voyage de nouvelles découvertes plus incroyables les unes que les autres, je saisis ainsi le potentiel touristique de ce superbe pays !

(Les photos aériennes ne sont pas de moi mais permettent de bien comprendre le spot)

Quintana Roo

La dernière partie du périple se fera de l’autre côté du pays, sur la côte Caraïbe. On y rejoint notre troisième comparse de l’aventure Rudy, un autre frère, qui, à grands regrets, n’a pu se libérer que pour cette partie du voyage…

On se rejoint à Cancun, avant de poser nos valises à Playa del Carmen, qui a meilleure réputation que Cancun et ses désastreux spring-break (très peu pour moi…). Playa del Carmen est une vaste et dynamique cité balnéaire. On sent que les touristes sont plus nombreux que lors de nos précédentes escales. Tout y est aussi plus cher mais la ville est très agréable. Je découvre les quartiers ultra-sécurisés à l’américaine où nous serons hébergés. La piscine est somptueuse et on se prend un petit moment de détente.
On parcourra une bonne partie de la rue principale de Playa del Carmen très animée et sa superbe plage avec un ciel menaçant et changeant. Les orages s’invitent et nous régaleront peu de la fantastique lumière qui se reflète sur le sable blanc caribéen.

On partira aussi en excursion plus au Sud vers Tulum, un site Maya célèbre car donnant directement sur la mer ! On se croirait dans Pirates des Caraïbes ! Les iguanes sont partout, les décors fantastiques ! On finira la journée complètement trempé à Akumal pour tenter de nager avec des tortues. Le site est bien protégé mais j’aurais la chance d’en voir, ou plutôt apercevoir une 😉

Excursion dans le Yucatan

Dernière virée du voyage mexicain, la célèbre excursion à destination de Chichen Itza, le temple Maya le plus célèbre ! Impensable de ne pas s’y rendre. On embarque donc dans un van pour une longue journée de route. On fera d’abord un pit-stop et baignade dans l’un des plus incroyables cénotes du YucatanIk Kil.
Les cénotes sont des gouffres remplis d’eau, caractéristiques du Yucatan et du Quintana Roo, résultant de l’érosion de la croûte karstique et servant de source sacrée aux Mayas ! Bienvenue à Center Parcs mais en vrai !!! C’est incroyable.

On poursuite en direction de Chichen Itza, ville maya qui constituait le principal centre religieux du Yucatan au 10ème siècle. Et pour cause, le site présentait au moins 5 cénotes dans une région où l’approvisionnement en eau est compliqué.
Le temple le plus emblématique est évidemment la Pyramide de Kukulkan, le serpent à plumes, haute de presque 25 mètres. On ne peux malheureusement pas y grimper car trop raide. De nombreux accidents s’y sont produits. Le site présente aussi un grand terrain de jeu de balle, dont on est content de ne pas avoir eu à y jouer ! Pour celui qui perdait c’était la mort assurée… A cela s’ajoute un cénote sacré où était encore une fois organisés des sacrifices, un observatoires et de nombreux autres temples. La visite se fait au pas de course mais il en vaut bien la peine. Quelles trésors ces cités précolombiennes !

L’heure est malheureusement au retour mais c’est pour mieux partir à la découverte d’autres contrées !

Quoi qu’il en soit, le Mexique est très différent de tout ce que j’ai pu découvrir jusqu’à présent et je dois dire que j’ai adoré ! Les surprises étaient là à chaque étapes ! Des sites naturels et culturels grandioses, une gastronomie de premier plan, des gens sympas, des paysages et ambiances très variés, des hébergements de qualité ! Un vrai coup de cœur. Je comprends fort bien Mirao et Patrick qui se demandent si le retour au bercail en France est une bonne option !
Pour ma part, c’est bien la famille et les amis qui me permettent toujours de rentrer le cœur satisfait et pleins de beaux souvenirs à partager !

« Mexico, Meee-xxxxxiii-iiiiiiiii-ccccccooooooo » petite dédicace à Luis Mariano qui ne nous a pas quitté de tout le voyage ! Ça a bien fait rire les Mexicains que nous avons croisés car on a pas hésité à l’entonner à pleine voix dans les rues de ce beau pays !

Hasta luego Mexico !